Les Quatre éléments


La paire de panneaux en noyer présentée ici, figure la Terre et l’Air, issus d’une série des Quatre Eléments.

La Terre, sous les traits d’une femme charnue, tient dans ses bras une corne d’abondance. Elle est couronnée de fleurs et d’une tour, ce qui indique que les villes sont sous sa protection.

L’Air est personnifié par un jeune homme, la chevelure au vent, debout sur un nuage, d’où émerge une figure soufflant. Il tient dans ses mains des volatiles dont le caméléon, décrit ainsi par Jean Baptiste Boudard (1766) dans son ouvrage d’Iconologie : « il est presque semblable au lézard; mais sa tête qui est sans oreilles, a une espèce de crête, et son museau est plus pointu; sa queue est longue et plate, il a quatre pieds qui ont chacun trois doigts seuls. »

Il est le symbole de l’inconstance à cause de ses changements de couleur comme le vent qui change de direction. Le second attribut est le paon dont la couleur bleue n’est pas une pigmentation mais un phénomène physique à l’instar de la couleur bleue du ciel.

Henri Goltzius 

La Terre et l’Air étaient à l’origine complétés par les deux substances restantes, à savoir l’Eau et le Feu pour former les Quatre Eléments, directement mais librement inspirés des estampes d’Henri Goltzius, datées de 1586. En effet, celui-ci avait fait figurer dans ses représentations, en arrière plan, une symbolique chrétienne, absente ici.

La morphologie des personnages ainsi que le maniérisme des attitudes sont par contre fidèles aux estampes originales et nous permettent de dater ces panneaux de l’extrême fin du XVIème siècle ou du début du XVIIème siècle.

Ils appartenaient vraisemblablement à un meuble cabinet en noyer formé de deux corps en retrait, chacun possédant deux portes ornées de panneaux et probablement quelques tiroirs.

Hauteurs : 37.6 et 38 cm – Largeur : 12.5 cm

Ces panneaux sont visibles à la galerie et disponibles à la vente.